Panoramique dentaire La radiographie est un complément essentiel de la médecine dentaire. Elle permet de mettre en évidence les lésions des dents et des tissus adjacents qui ne peuvent être décelées lors d’un examen clinique, notamment les débuts de caries, les kystes, les tumeurs et les abcès.
Elle permet en outre de connaître l’emplacement exact des dents et leur développement mais aussi d’évaluer la perte osseuse et l’état des gencives. Ces informations sont essentielles aussi bien pour établir ou confirmer un diagnostic que pour planifier un traitement au plus juste.
  Déroulement

Pour un cliché localisé, un film de haute définition protégé par une enveloppe est appliqué derrière la dent à étudier. Pour le cliché panoramique, un capteur plan permet d’obtenir une image numérisée low-dose avec moins de manipulation : c’est de la numérisation directe. Cela permet de visualiser directement l’image et de l’enregistrer sur un ordinateur.

  Risques et précautions à prendre

Les doses de radiations émises lors d’un panoramique dentaire sont bien en-dessous du seuil autorisé. Cependant, il va de soi que l’exposition du fœtus au rayon X est à éviter au maximum. Si vous êtes enceinte ou si vous êtes dans le doute, vous devez le préciser à votre médecin afin qu’il puisse décider de manière avisée des suites à donner à votre cas. Si l’examen est justifié, certaines précautions seront prises et on vous fera porter une protection sur la poitrine et l’abdomen.

  Limites de la radiologie dentaire

Les informations fournies par la radiographie conventionnelle sont limitées à des images en 2D. Par ailleurs, la définition du panoramique dentaire est moins bonne que celle du cliché rétro-alvéolaire et il présente souvent des imperfections liés à l’étalement de l’image sur la surface plane du film. De fait, pour des interventions chirurgicales importantes nécessitant un paramétrage plus précis comme la pose d’implants, l’extraction d’une dent incluse ou d’un kyste, les praticiens ont souvent recours au scanner ou au cone beam.